Vous êtes ici : Accueil // Collections // Du XVIe au XVIIIe siècle // Arts décoratifs // Armoire des Ribeaupierre

Armoire des Ribeaupierre

L’ébénisterie et la menuiserie alsaciennes connaissent un âge d’or de la Renaissance à la fin du XVIIIe siècle. Dans le cadre contraignant des corporations, réglementant à la fois l’organisation du travail et la qualité de la production, les artisans souhaitant accéder à la maîtrise sont tenus de réaliser un « chef d’œuvre », souvent une armoire, dans la conception duquel ils font étalage de leurs talents. À la fin du XVIe siècle (1571), une nouvelle ordonnance impose de se référer à la théorie des ordres édictée par Vitruve, un architecte du Ier siècle après Jésus-Christ. Ces chefs d’œuvre de maîtrise fondent les types stylistiques successifs de l’armoire alsacienne.

 

Portant le millésime de 1604, l’armoire qui a été la propriété du comte de Ribeaupierre au château de Ribeauvillé répond parfaitement à ce modèle architectural. Ici, sur un socle lisse, l’armoire ornée de 26 colonnes est couverte de placages de bois, notamment la loupe d’orme imitant le marbre. Sous l’apparence d’un palais de la Renaissance italienne, l’armoire traduit également l’opulence de son propriétaire. Par la suite, l’armoire alsacienne évolue vers des formes plus simples comme les armoires à sept colonnes ou les armoires à deux corps. Petit à petit, les modèles et références françaises venus pour l’essentiel de Paris et de Versailles sont intégrés par les ébénistes alsaciens.

Armoire des Ribeaupierre
 

Alsace, Armoire des Ribeaupierre, 1604, noyer, chêne, érable, frêne, orme, cormier, fruitier, musée Unterlinden, Colmar

cialis douane viagra selges kamagra polen kaufen order stromectol no prescription preise levitra schweiz zanaflex no prescription needed bromocriptine no prescription